Rechercher un album, une série, un auteur...
ex: Astérix, Dragon Ball, The Walking Dead, Riad Sattouf...
Accueil>Paper>Les incontournables>Bird of prey : retour sur Harley Quinn et Huntress en comics
Partager cet article :
Illustration de l'article
Les incontournables

Bird of prey : retour sur Harley Quinn et Huntress en comics

Publié le 21 juillet 2020 par Collectif Themiscyra

En partenariat avec le collectif Themiscyra, nous vous proposons des coups de coeur revenant sur les héroïnes clefs du comics, rédigées par les Amazones de Themiscyra.

A l’occasion du dernier film DC sorti en salle, Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn et les sorties associées chez Urban Comics, les rédactrices se sont penchées sur Harley Quinn à travers le très remarqué Breaking Glass de Mariko Tamaki & Steve Pugh mais aussi sur Huntress dans le pas si connu en France : Cry for Blood de Greg RuckaRick Burchett.

🃏 Harley Quinn : Breaking Glass, un comics rafraîchissant sur fond politique

Breaking Glass de Mariko Tamaki & Steve Pugh, Urban Comics

À ce jour, c’est un de mes comics préférés. Harleen, adolescente, débarque à Gotham, pour vivre avec sa grand-mère pendant une année. Bien entendu, tout ne se passe pas comme prévu, et elle se retrouve au coeur d’un groupe de drag queens. Au lycée, elle rencontre Ivy, amoureuse de politique, de plantes et de culture. Tout se complique lorsque Kane Enterprises met son nez dans le quartier où vivent Harleen et Ivy… Puis quand un jeune homme se présente à Harleen comme le Joker.

Ayant eu du mal avec mes premières lectures sur Harley Quinn écrites et dessinées par Amanda Conner et Jimmy Palmiotti, ce nouveau récit situé dans un univers alternatif m’a clairement réconciliée avec le personnage. Mariko Tamaki déroule au cours des 9 chapitres, avec tendresse et humilité, le portrait d’une Harleen attachante, bien intentionnée, amusante mais naïve et encline à la violence. Le ton de la narration, portée justement par l’héroïne, est semblable à celle du film Birds of Prey, les fans seront donc dans leur élément ! Et tout cela est soutenu par les dessins de Steve Pugh. Un régal tant pour la douceur des lignes que la beauté des couleurs, exploitées à merveille tout du long. 

Ivy est, en plus, clairement un atout du récit. Il s’agit d’ailleurs d’une version alternative du personnage de Poison Ivy : elle s’appelle ici Ivy Du-Barry, et non Pamela Isley. Mais la ressemblance reste frappante. Profondément engagée politiquement, elle nous livre à plusieurs moments ses analyses féministes, antiracistes et, si je ne m’abuse, anticapitalistes. On la voit mener, tantôt avec Harleen, tantôt avec ses parents, des actions militantes pour des causes qui lui tiennent à coeur. On regrettera qu’Ivy n’ait au final jamais été un héroïne à part entière dans l’histoire, dans laquelle elle ne participe qu’à accompagner le développement du personnage d’Harleen. Cette version d’Ivy mériterait en tout cas d’être l’héroïne d’un récit en solo. Sa présence dans Breaking Glass participe d’ailleurs à donner un certain réalisme au récit. L’intrigue est bel et bien ancrée dans des enjeux politiques, sociaux et psychologiques réels. Il est question de gentrification, de rapports de force sociaux et politiques, de manipulation psychologique et d’injustice. Et c’est bien souvent Ivy qui met en lumière les enjeux présentés. 

En bref, Breaking Glass propose une belle approche d’Harleen et Ivy qui vaut le coup d’oeil, dans une histoire vraiment plaisante. Mais aussi une version très intéressante du Joker qui se détache des traditions psychophobes de l’univers DC Comics quand il s’agit d’écrire des super-vilain·es dans l’univers de Batman. Le premier chapitre VF a été mis en ligne récemment par Urban Comics, je vous invite à le lire pour vous faire votre avis ainsi qu’à faire un tour sur Themiscyra pour découvrir toutes les références des comics Harley Quinn en VF & en VO.

Captain Chocolatine


🏹 À la rencontre d’Helena Bertinelli dans Batman/Huntress: Cry for Blood

Batman/Huntress: Cry for Blood de Greg Rucka &  Rick Burchett, Urban Comics

D’Helena Bertinelli, je connaissais le nom. Mais, avec Birds of Prey, sorti sur les écrans en début d’année, j’ai découvert Huntress et son arbalète. Son recours à la violence sans états d’âme m’a plu dès ses premiers instants, et c’est ainsi que j’ai fait l’acquisition de Batman/Huntress : Cry for Blood, mon coup de cœur comics de la première moitié de 2020.

Une des choses qui font que je l’adore et le recommande est qu’il ne faut pas être un·e lecteur·rice aguerri·e pour le lire. Avant le début de l’histoire à proprement parler, Urban Comics propose une frise chronologique des principaux événements DC, ce qui nous permet de situer le récit. On retrouve aussi des personnages bien connus de la pop culture tels Batman ou Dick Grayson en Nightwing. On ne nous jette donc pas dans une intrigue sans nous donner de point d’encrage ou de visages connus. Du côté de Huntress, son histoire est retracée depuis le début. Il est à nouveau inutile de connaître chaque pan de la vie de l’héritière Bertinelli pour apprécier Cry for Blood. Bref, un joli travail éditorial pour rendre le comics accessible aux novices !

Même si j’aime les manières brutales d’Helena, le fait qu’ici elle traverse une période de remise en question ne m’a en rien gênée. Son voyage initiatique est un élément indispensable à un son développement plus en profondeur. Oui, il y a des effusions de sang, mais ce n’est en rien de la violence pour de la violence. La preuve en est que la fin qui, sans spoiler, ressemble à celle de Birds of Prey et qui s’impose comme une morale.

Le point bonus de Cry for Blood, est qu’il comporte en plus de l’histoire principale Dette de sang, deux autres petits numéros. D’abord un extrait de Batman Chronicles #1 avec une apparition d’une Huntress visuellement d’une autre époque. Et aussi le premier volet de La Question, Charles Victor Szasz, un justicier sans visage dont on fait auparavant la connaissance dans les pages du récit principal. Un Szasz qu’on ne doit pas confondre avec Victor Zsasz, un ennemi de Batman et tueur en série qu’on voit aussi dans Birds of Prey.

Si je devais résumer en deux phrases, je dirais : vous aimez le violet et les femmes qui se battent avec des armes d’un autre temps ? Batman/Huntress : Cry for Blood est fait pour vous. Pour celles & ceux qui ont encore faim d’aventures en solo avec Helena Bertinelli, découvrez-en les références VF et VO sur Themiscyra !

Pamplemousse


✏️ Rédactrices invitées : Captain Chocolatine & Pamplemousse, membres du collectif Themiscyra.

Themiscyra est un projet qui entend faire connaître au grand public les super-héroïnes des univers de comics, et permettre aux femmes de se les approprier. En savoir plus sur leur site.


Image principale : © Mariko Tamaki / Steve Pugh / DC Comics / Urban Comics 

batman
birds-of-prey
comics
cry-for-blood
dc-comics
greg-rucka
harley-quinn
helena-bertinelli
huntress
mariko-tamaki
rick-burchett
steve-pugh
themiscyra
urban-comics
Article précédent
Article suivant

Commentaires

Nous vous en avons parlé dans cet article:
Couverture de l'album Batman / Huntress : Cry For Blood
Batman / Huntress : Cry For Blood
 
19,00 € 
Disponible

Couverture de l'album Harley Quinn - Breaking Glass
Harley Quinn - Breaking Glass
 
14,50 € 
Disponible

Nous avons sélectionné d'autres articles qui pourraient vous intéresser...