Rechercher un album, une série, un auteur...
ex: Astérix, Dragon Ball, The Walking Dead, Riad Sattouf...
Accueil>Paper>Notre œil sur les sorties>Bartleby le scribe, de José-Luis Munuera
Partager cet article :
Illustration de l'article
Notre œil sur les sorties

Bartleby le scribe, de José-Luis Munuera

Publié le 07 mai 2021 par Thierry Soulard
2 réactions

Étrange choix, plutôt osé, que d’adapter “Bartleby le scribe”, nouvelle d’Hermann Melville, en bande dessinée. Mais en peignant ce Gaston Lagaffe réaliste et malaisant, Jose Luis Munuera fait un pari gagnant, et très actuel.

Qu’est-ce que Bartleby le scribe ?

Une nouvelle d’Hermann Melville ( l’une des plus grandes figures de la littérature américaine, auteur notamment du célèbre Moby Dick), écrite en 1853, et tournant autour d’un étrange et indéchiffrable personnage nommé Bartleby, scribe à Wall Street qui peu à peu démissionne de son emploi comme de la vie.

D’abord travailleur et consciencieux, le voilà qui un beau jour, quand son patron lui confie une tâche, répond “Je préférerai pas”.

Ce “Je préférerai pas”, réponse simple mais complexe, devient peu à peu sa seule phrase, sa seule expression, son seul mode de vie et d’interaction avec le monde. Rouage grippé de Wall Street, Bartleby ne refuse pas de travailler: il préfère ne pas le faire, et donc ne le fait pas.

Une oeuvre intrigante aux multiples interprétations

Qu’est Bartleby le scribe ? Un portrait d’un travailleur tombant en pleine dépression ? Un essai sur les stratégies d’évitement et le retrait social ? Un texte qui préfigure l’existentialisme et la littérature de l’absurde? Un manifeste politique de refus du travail et de la société capitaliste productiviste, proposant une voie différente à celle de la révolution, celle de l’antipouvoir passif, de la stratégie de la fuite comme résistance au chaos du monde ? Au fil du temps, de nombreuses interprétations sont allées dans ce sens. Et c’est clairement vers cela que cette bande dessinée, sous-titrée « une histoire de Wall Street », aimerait s’orienter. Bartleby le scribe devient ici un conte bureaucratique interprété à l’ode de la décroissance (si on en croit la préface signée Philippe Delerm) – mais là ou le préfacier vend une « douceur étrange », de la « mélancolie » et une « sagesse du refus », il sera permis de voir plutôt une décroissance triste, une immobilité totale, un refus de toute joie de vivre, voire de toute vie.

Questionnement philosophique et graphisme entre peinture et Pixar

Le fond de l’histoire, qui amène à sonder la face morne et sombre de l’âme humaine, tranche assez singulièrement avec les choix graphiques faits.

Jose Luis Munuera, jusque là surtout connu pour ses albums jeunesse ou classiques franco-belges (il a signé Les Potamoks, Merlin, l’adaptation du dessin animé La Route d’Eldorado, Nävis, plusieurs Spirou et Fantasio, P’tit Boule & Bill, Les Campbell, Zorglub, un tome de Les Tuniques bleues…), livre ici un roman graphique très intimiste dans le traitement graphique, qui détonne totalement dans sa bibliographie.

La façon de dessiner les décors et les choix de couleurs, notamment, s’approchent de la peinture et créent une atmosphère singulière, triste et lourde, raccord avec le fond de l’histoire. Le design des personnages, dans lequel on reconnait en revanche sans problème le trait jeunesse de Jose Luis Munuera, est lui aux antipodes, rappelant les films d’animation (Disney, Pixar, ou plus indépendant comme Les Triplettes de Belleville de Sylvain Chomet). Au final, des personnages très actuels et plutôt amusants déambulent dans des tableaux à l’ambiance glaçante et au réalisme émouvant.

La nouvelle Bartleby le scribe a presque 170 ans, mais que ce soit sur le fond ou sur la forme, elle est ici très actuelle. Bartelby est un Gaston Lagaffe réaliste et malaisant, l’incarnation de l’inactivité et du refus du travail. Ici le côté créatif et fantaisiste du héros de Franquin sont absents, remplacés par une sourde anxiété, une inquiétante étrangeté. Au final, la bande dessinée est très réussie, et amène à monter des interprétations et à se poser des questions. C’est souvent à cela que l’on reconnaît les œuvres marquantes.

Bartleby le scribe – Une histoire de Wall Street, de Jose Luis Munuera, Dargaud


Illustrations © Jose Luis Munuera / Dargaud

Bartleby le scribe, de Jose Luis Munuera (scénario & dessin), éditions Dargaud
© Jose Luis Munuera / Dargaud
Bartleby le scribe, de Jose Luis Munuera (scénario & dessin), éditions Dargaud
© Jose Luis Munuera / Dargaud
Bartleby le scribe, de Jose Luis Munuera (scénario & dessin), éditions Dargaud
© Jose Luis Munuera / Dargaud
2000
bartelby-le-scribe
bd
capitalisme
dargaud
gaston-lagaffe
herman-melville
jose-luis-munuera
la-route-deldorado
les-campbell
les-potamoks
les-tuniques-bleues
merlin
navis
ptit-boule-bill
spirou-et-fantasio
wall-street
zorglub
Article précédent
Article suivant

Commentaires (2)

...Chargement En Cours...

Nous vous en avons parlé dans cet article:
Couverture de l'album El Dorado
El Dorado
 
9,25 € 
Non disponible

Couverture de l'album Bartleby le scribe
Bartleby le scribe
 
15,99 € 
Disponible

Nous avons sélectionné d'autres articles qui pourraient vous intéresser...